Grand Prix ACF 1932 à REIMS : victoire de NUVOLARI..

LE GRAND PRIX DE L’ACF 1932 COURU A REIMS VOIT LA VICTOIRE DE NUVOLARI (ALFA ROMEO)

 Le Grand Prix de France, dans une période marquée par la crise, démontre la volonté de l’AC de CHAMPAGNE d’assurer le leadership de la compétition automobile nationale et d’asseoir sa renommée européenne. img reims 59999113 « Le programme du GRAND PRIX DE L’ACF LE 3 JUILLET 1932 A REIMS »

 Sous la conduite autoritaire de RAYMOND ROCHE, Secrétaire Général du Comité d’Organisation, l’ACC fait preuve de compétence et de dynamisme et s’avère à la hauteur de l’événement pour accueillir son premier GP de L’ACF. img reims 59999119 « Le plan du circuit triangulaire de GUEUX »

 La Présidence est représentée par M. MARCHANDEAU, député maire de REIMS et on note la présence de M. le Vicomte de ROHAN, Président de l’ACF, de M. le docteur ABD-EL-NOUR, Président de l’AC de ARDENNES-CHAMPAGNE-ARGONNE, de M PEROUSE Président de la Commission Sportive de l’ACF et de M. BRISSON Directeur de Course. img reims 59999137 « M. MARCHANDEAU vient fêter en 1928 la construction des tribunes et stands en béton. On reconnaît à sa droite RAYMOND ROCHE. »

img reims 59999132 « M. MARCHANDEAU profite de l’absence de l’inspecteur du travail pour vérifier les installations sur la grande échelle. »

 Le circuit de GUEUX a fait peau neuve et ce ne sont plus les stands en bois de 1926 qui accueillent les concurrents mais de modernes infrastructures en béton les ont remplacés et de magnifiques tribunes permettent aux spectateurs de couvrir des yeux une grande partie de la piste. img reims 59999118 « Une bien curieuse publicité. Le circuit de REIMS a vu le triomphe de TONY BROOKS le « dentiste volant » qui ne savait pas qu’il avait un prédécesseur ici même P. DEMARE chirurgien-dentiste 34, rue Buirette. »

 Seule l’Italie encouragée par le Régime, dont les victoires de ses voitures sont le porte-drapeau de sa puissance industrielle, fait preuve aussi de vitalité en organisant de nombreuses courses.
 Le GP de l’ACF est une des 3 épreuves retenues pour le Championnat International de Vitesse avec MONZA, qui vient d’être remportée par NUVOLARI le 5 juin, et le NURBURGRING qui se courra le 17 juillet.
 La réglementation de la Commission Sportive dans ce contexte difficile a laissé libre cours à la Formule libre, il ne s’agit pas d’imposer des contraintes aux constructeurs si peu nombreux représentés essentiellement par ALFA ROMEO, img reims 59999141 « Les ALFA ROMEO P3 de NUVOLARI et CARACCIOLA sont au stand »

 MASERATI dont ALFIERI le frère précurseur de la marque est décédé au mois de mars, et BUGATTI. Il n’y a aucune limitation de cylindrée, ni de poids, les conducteurs peuvent désigner des suppléants et les hommes des équipes officielles ainsi que les indépendants peuvent se remplacer au volant. Chaque concurrent dispose d’une équipe de 2 aides au ravitaillement, soit 4 personnes par véhicule.

 On put constater ici sur le rapide circuit rémois les limites de cette réglementation libre car beaucoup de concurrents devaient lever le pied en pleine ligne droite des stands pour maintenir le cap, les châssis avaient bien du mal à faire passer la puissance disproportionnée disponible. La durée des épreuves, laissée à l’appréciation des organisateurs est de 5 à 10 heures et l’AC de CHAMPAGNE prévoit une course de 5 heures sur un tour de 8 km exactement comme le précise le barème des vitesses dans le programme.

 Mais suite aux essais un doute fut suspecté concernant les temps réalisés les années précédentes et, CHARLES FAROUX la veille de la course fit remesurer la longueur de la piste le soir et on trouva 7,826km soit 174m plus court !

 Pour ce beau GP de l’ACF les forces en présence se réduisent à un duel entre 2 marques représentées par les bleues BUGATTI et les rouges ALFA ROMEO, MASERATI étant absent. img reims 59999123 « NUVOLARI en tenue de ville vient d’arriver sur le circuit pour les essais »

 La firme milanaise a fait appel au remarquable ingénieur VITTORIO JANO pour concevoir une monoplace légère et puissante, la redoutable TYPE B ou P3, img reims 59999085 « NUVOLARI le regard déterminé, lunettes relevées, foulard autour du cou avec la tortue porte-bonheur offerte par Gabriele D’ANNUNZIO, va prendre la piste »

 véritable monoplace (auparavant le siège unique n’était pas autorisé) avec une transmission en V partant de la boîte reliée aux roues arrières par des cardans permettant de descendre le siège pilote et d’abaisser le centre de gravité.
 La motorisation était assurée par un 2,6L compressé avec 8 cylindres en ligne développant plus de 200ch pour un poids d’environ 700kg. L’équipe officielle est ici constituée de NUVOLARI, BORZACCHINI et CARACCIOLA.
 Les pilotes privés disposaient du modèle précédent 8C « MONZA » (ETANCELIN, ZEHENDER, FELIX et WIMILLE).

 BUGATTI a engagé 2 types de voiture. Deux grosses 4,9L de 300ch pour contrer les ALFA et MASERATI mais pénalisées par leur poids de 1100kg et VARZI et DIVO ont la tâche de maîtriser ces machines fatigantes conduites également par les privés LEHOUX et HOWE.

 CHIRON s’est vu confier une éprouvée 2,3L compressée T51 8 cylindres de 180ch pour 800kg img reims 59999134 « CHIRON vainqueur chez lui à MONACO en 1931 sur BUGATTI 51 »

 modèle avec lequel il s’était imposé à MONACO en 1931. GAUPILLAT, FOURNY et WILLIAMS complètent l’équipe en tant que coureurs indépendants. img reims 59999111 « L’Anglais WILLIAMS pendant les essais met au point sa BUGATTI peinte aux couleurs britanniques »

 Si ce GP était placé sous le signe de l’opposition entre 2 marques, la rivalité au sein des pilotes n’en était pas moins exacerbée.
 La situation économique catastrophique en Allemagne dans un pays perturbé par des troubles sociaux graves et inquiétants avec la montée du nazisme a conduit MERCEDES à arrêter son programme compétition au grand désappointement de son stratège ALFRED NEUBAUER.
 Pire, son pilote fétiche RUDI CARRACCIOLA, en pleine ascension s’est lié par contrat avec GIOVANNINI le directeur course ALFA ROMEO pour la saison 1932. img reims 59999136 « RUDI CARACCIOLA pilote phare MERCEDES entre les deux guerres courut sur ALFA ROMEO en 1932 après l’annonce du retrait de MERCEDES. »

 Cette trahison laisse désemparé « DON ALFREDO » qui voyait son protégé passer à l’ennemi.
 CARACCIOLA se trouve ainsi intégré à la puissante Scuderia ALFA ROMEO composée d’un redoutable trio avec NUVOLARI, CAMPARI et BORZACCHINI.

 Inévitablement ce ne fut pas très bien accepté par les titulaires nationaux qui prétextèrent que CARACCIOLA habitué à piloter de lourdes et puissantes MERCEDES risquait de rencontrer des problèmes d’adaptation à la maîtrise des ALFA ROMEO de toute autre conception, monoplaces légères.
 En fait les trois Italiens avaient un « gentleman agreement » qui leur permettait de se partager tranquillement les gains de course obtenus.
 CARACCIOLA ne tarda pas à se faire respecter au sein de l’équipe italienne et il se présenta à GUEUX avec une voiture peinte en rouge et non plus en blanc comme à MONACO, couleur allemande imposée par ses pairs au début ! Après tout n’était-il pas d’origine italienne ?

 En Italie les tifosi étaient divisés en 2 clans irréductibles. Il y avait les pro-NUVOLARI et les partisans de VARZI. img reims 59999135 « VARZI le regard perdu dans ses pensées »

 Ces deux pilotes étaient de tempérament radicalement opposé.
 VARZI le ténébreux, froid et calculateur très attaché à son aspect physique portait une combinaison soignée façonnée sur mesure par son tailleur personnel.
 NUVOLARI était un impulsif, combatif à l’extrême, prêt à se rompre le cou et les membres pour jouer son va-tout et insouciant de sa tenue vestimentaire.
 Ils se sont d’abord affrontés à moto, devinrent brièvement équipiers dans l’écurie fondée par TAZIO sur des BUGATTI rouges, img reims 59999133 « NUVOLARI sur sa BUGATTI avec son célèbre pull chamarré »

 puis s’opposèrent sur ALFA d’abord et VARZI passa ensuite sur MASERATI puis BUGATTI ce qui déplut à ses compatriotes.
 L’acuité de leur antagonisme prit de telles proportions qu’elle finit par alarmer le Gouvernement, qui craignant une issue tragique à ce duel fratricide, favorisa une rencontre discrète entre les deux champions pour obtenir une paix armée.

 Dans le groupe français CHIRON alors en pleine gloire, ETANCELIN, DREYFUS et LEHOUX tous anciens vainqueurs à GUEUX et habitués du circuit champenois étaient prêts à en découdre.
 GAUPILLAT, DIVO, FOURNY, FELIX et le prometteur WIMILLE futur vainqueur ici- même complètent la formation tricolore.

 Les Anglais sont représentés par HOWE et WILLIAMS tous deux sur BUGATTI. Ce dernier fut le premier vainqueur du GP de MONACO et il est de nos jours immortalisé avec sa voiture par une statue à SAINTE- DEVOTE.

Le départ est donné à midi par un temps chaud d’été, ce dimanche 3 juillet, pour une course suivie par une foule nombreuse et impatiente qui a pris place dans la tribune, les gradins, les enceintes et le long des promenoirs autour du circuit . img reims 59999125 « On s’affaire sur la ligne de départ peu avant midi. Les deux BUGATTI des Français FOURNY et GAUPILLAT encadrent l’ALFA ROMEO de ETANCELIN, derrière les frères ennemis NUVOLARI et VARZI sont côte à côte. »

 SOMMER (ALFA ROMEO), BENOIST (BUGATTI), KAY DON (BUGATTI), BIRKIN (X), PESATO (ALFA ROMEO), CAMPARI (ALFA ROMEO), et TEDALDI (BUGATTI) initialement inscrits déclarent forfait.
 Les positions sur la grille de départ sont désignées par tirage au sort img reims 59999142 « GAUPILLAT est à la corde avec ETANCELIN à ses côtés et FOURNY »

 et les trois Français FOURNY, ETANCELIN et GAUPILLAT occupent la première ligne.
 Il faudra attendre le GP de MONACO de 1933 pour que le classement des essais détermine l’ordre de la grille et attribue au meilleur temps réalisé la « pole position » et que cette règle soit pérennisée.

 VARZI et NUVOLARI sont en 2ème ligne et CARACCIOLA se trouve au milieu de la 3ème ligne.
 Au baisser de drapeau, GAUPILLAT s’élance en tête img reims 59999087 « Au baisser de drapeau GAUPILLAT au premier plan s’élance devant ETANCELIN et FOURNY, les ALFA ROMEO de la Scuderia sont derrière. »

 mais derrière le rusé CARACCIOLA s’est glissé entre les deux rivaux italiens img reims 59999140 « CARACCIOLA habilement s’infiltre entre la BUGATTI de VARZI et la voiture sœur de NUVOLARI et il ne va pas tarder à prendre la tête »

 et c’est lui qui prend le commandement des 16 concurrents et vire en tête à GUEUX et depuis les tribunes le public peut voir bientôt les premières voitures s’engager après THILLOIS dans l’étroite ligne droite qui descend par paliers et les ramène vers les stands.
 La rouge italienne de l’Allemand a bouclé le premier tour arrêté en 3m21s et devance les BUGATTI bleues de VARZI et GAUPILLAT, HOWE sur la britannique BUGATTI verte, BORZACCHINI et le reste du peloton.
 Une ALFA ROMEO devant 3 BUGATTI et une autre ALFA la foule s’enflamme pour un prometteur duel franco italien qui s’annonce passionnant.

 Puis rapidement VARZI déborde GAUPILLAT et mène la chasse derrière l’homme de tête. img reims 59999095 « CARACCIOLA poursuivi par VARZI qui s’accroche passe devant les stands au 4ème tour. »

 NUVOLARI un peu enfermé au départ ne tarde pas à se dégager remontant irrésistiblement vers la tête de course passant de la 9ème place à la 3ème en 4 tours et sur sa lancée les records du tour tombèrent, signant un tour en 3m00s. img reims 59999128 « NUVOLARI mène la chasse pour remonter en tête de course à la poursuite de CARACCIOLA et VARZI. »

 VARZI bientôt ne put résister à la pression d’un NUVOLARI de plus en plus incisif qui s’empara de la 2ème place à la 8ème boucle.
 Ce fut alors au tour de CARACCIOLA de subir l’assaut de son équipier italien qui, brandissant le poing finit par s’emparer de la 1ère place au 11ème tour.
 A la fin de la 1ère heure, NUVOLARI emmène ses 2 équipiers tandis que WILLIAMS tient bon devant CHIRON, DREYFUS, et WIMILLE. Les 3 grosses BUGATTI de DIVO, LEHOUX et HOWE sont dans la 2ème moitié du peloton et il s’avère de toute évidence que les voitures du Patron sont moins fringantes ici que les années précédentes.

 On comprit vite dans le public que ce GP de France n’était guère à la portée des bolides de MOLSHEIM. Les BUGATTI avaient pu faire illusion en début de course, l’anglais WILLIAMS réalisant le tour le plus rapide au second tour en 3m02.5s, VARZI s’était accroché au sillage de CARACCIOLA mais avait dû renoncer au 12ème tour (boîte de vitesse). img reims 59999103 « VARZI au ralenti avec des ennuis de boîte de vitesse laisse filer DREYFUS. »

 Déjà des pilotes rencontrent des problèmes.
 ZEHENDER en difficulté à la GARENNE au premier tour s’arrête au stand pour régler sa carburation ainsi que HOWE. img reims 59999105 « ZEHENDER au virage de THILLOIS qui s’appelait aussi virage de la Bonne Rencontre. On remarque la publicité GILLET LAFOND. »

 LEHOUX a endommagé un pneu qu’il doit changer. img reims 59999098 « LEHOUX sur sa BUGATTI 4,9L à l’entrée de GUEUX »

 A l’entame de la 2ème heure, c’est GAUPILLAT qui abandonne et derrière les 3 ALFA ROMEO, WILLIAMS, CHIRON, DREYFUS et WIMILLE sont les seuls dans le même tour.
 En tête les pilotes ALFA se bagarrent et on verra tour à tour CARACCIOLA et NUVOLARI prendre la 1ère place, BORZACCHINI se mêlant à la lutte.

 LEHOUX est contraint à l’abandon dans GUEUX. img reims 59999092 « C’en est fini pour LEHOUX qui stoppe au virage de la « BUVETTE » dans GUEUX sur ennuis mécaniques. »

img reims 59999121 « Il connut un destin tragique en 1936 et périt au volant de son ERA heurté par l’impétueux FARINA à l’unique GP de DEAUVILLE endeuillé par la mort de 2 pilotes. »

 WILLIAMS, occupant jusqu’alors une belle 4ème place, ravitaille et FELIX remplace GIROD.
 Au terme de la 2ème heure NUVOLARI devance CARACCIOLA et BORZACCHINI et ils contrôlent la course à un rythme effréné. img reims 59999097 « Un passage de l’ALFA ROMEO 8C2300 de FELIX/ GIROD à l’entrée de GUEUX »

 Pendant la 3ème heure, BORZACCHINI combatif s’empare de la tête en ravitaillant plus rapidement que ses équipiers qui font le plein d’essence et chaussent des pneus neufs.
 NUVOLARI reprend la piste et produit son effort pour retrouver sa place de leader en effectuant un tour en 3m00s. img reims 59999127 « NUVOLARI se désaltère pendant que les mécaniciens ravitaillent sa machine. »

 Les autres concurrents ravitaillent également. img reims 59999100 « Peu après la mi-course à 15H10 la foule dense suit les péripéties de la course au passage d’une ALFA ROMEO »

 HOWE aux prises avec des ennuis de freins prolonge son arrêt et c’est HAMILTON qui repart.
 DIVO est arrêté à THILLOIS, réservoir d’essence fendu.

 ZEHENDER qui cravachait dur, après ses ennuis de début de course, pour remonter au classement trouva devant lui dans le droit-gauche avant GUEUX une BUGATTI et il fit un écart dans le bas-côté pour l’éviter soulevant un nuage de poussière et un mouvement de foule. img reims 59999096 « ZEHENDER sur son ALFA ROMEO dévale la descente de SOISSONS bordée d’arbres. »

 La direction de course alertée craignant l’accident dépêcha une ambulance mais ZEHENDER, contre toute attente arriva à son stand pour enlever les touffes d’herbe et de broussaille ramassées pendant son escapade sur le bas-côté avant de repartir en dernière position.

 Les ALFA ROMEO continuent de verrouiller la tête de la course durant la 4ème heure et CHIRON pugnace représentant de l’équipe BUGATTI doit au 65ème tour s’incliner et se fait prendre un tour par l’équipe milanaise.

img reims 59999129 « LOUIS CHIRON le Monégasque à l’attaque pour ne pas se faire prendre un tour par les intraitables rivales milanaises. »

 Il ne s’avoua pas vaincu et rageur, à la joie du public, résista quelques tours en prenant le sillage de BORZACCHINI avant de laisser filer impuissant l’italienne.
 WIMILLE victime d’une erreur de ses mécaniciens est en panne sèche sur le circuit et abandonne ainsi que FOURNY.
 HOWE s’arrête pour changer une roue, NUVOLARI mène toujours devant CARACCIOLA, BORZACCHINI et GIOVANNINI intime l’ordre à ses pilotes de préserver les positions. img reims 59999090 « NUVOLARI négocie le virage de la Buvette dans GUEUX. »

 La dernière heure ne voit pas de rebondissement.
 ETANCELIN en difficulté avec son embrayage doit renoncer près du but. img reims 59999093 « Les mécaniciens inspectent la mécanique de l’ALFA ROMEO de ETANCELIN qui va devoir renoncer, observé de près par CHARLES FAROUX. »

 Le trio d’ALFA ROMEO assure avec NUVOLARI leader, BORZACCHINI occupe maintenant la 2ème place devant CARRACCIOLA renforçant la démonstration de la domination italienne.
 Ils franchissent la ligne d’arrivée dans cet ordre devant CHIRON, DREYFUS, WILLIAMS, ZEHENDER, FELIX/GIROD et HOWE/HAMILTON. img reims 59999089 « ZEHENDER vire à la GARENNE, il mena une course poursuite à la suite d’ennuis mécaniques prématurés. »

 NUVOLARI a établi le record du tour à 156,538km/h et il partage avec ses équipiers 135000F de gain représenté par 50000F offerts par les organisateurs et 25000F par la ville de REIMS au premier, 25000F remis par L’ECLAIREUR DE L’EST et 15000F par les organisateurs au second et 20000F au troisième.

 Si NUVOLARI fut applaudi par la foule comme il se doit, img reims 59999106 « NUVOLARI, après 5 heures de course sous un lourd soleil d’été, fête sa chevauchée dominatrice, assis sur sa machine il reçoit le champagne du vainqueur Dry Monopole. Le panier de 3 bouteilles dans les différentes marques proposé entre 55 et 100F eut beaucoup de succès auprès du public. »

 CHIRON le Monégasque qui ne put lutter à armes égales reçut une ovation aussi enflammée que celle du vainqueur, récompensant le courage et le brio dont il fit preuve durant les 5 heures de course en défendant les couleurs nationales. img reims 59999143 « La firme DUNLOP équipait l’ALFA ROMEO victorieuse »

 L’épreuve, qui avait été précédée le samedi de la course moto du GRAND PRIX DE L’UMF, s’était déroulée avec toutes les garanties requises et sous l’impulsion de RAYMOND ROCHE et de son équipe le jeune circuit de GUEUX qui avait vu le jour en 1926 reçut la consécration en étant propulsé au rang de piste de vitesse internationale lui garantissant un prometteur et serein avenir.

 LAURENT RIVIERE
 Tous droits réservés pour les photos à leurs auteurs comme d’usage.

 The FRENCH Grand Prix -DAVID HODGES
 Mon royaume LA VITESSE-ALFRED NEUBAUER
 REIMS, VITESSE, CHAMPAGNE ET PASSION Dominique DAMERON-DERAUW, Cyrille MELIN, Jean-Pierre MELIN
 LES PRECURSEURS DE LA FORMULE1 CHRISTIAN MOITY